[Kitetoa, les pizzaïolos du Ouèb

Tegam: les pieds nickelés de la guerre de l'information...
Relations dangereuses...
...Impacts

Le 4 janvier, s'est tenu à Paris le procès de Guillermito. Ce chercheur en biologie moléculaire à Harvard était attaqué par la société Tegam (qui produit un logiciel visant à protéger ses utilisateurs contre les virus et chevaux de Troie). Guillermito était poursuivi pour contrefaçon. Le jugement sera rendu le 8 mars 2005. Quel que soit le résultat, ce que l'on peut dire (au delà de l'analyse juridique que nous laissons aux professionnels), c'est que les méthodes de Tegam ne sont pas sans conséquences sur le secteur de la sécurité informatique. Celui-ci serait bien inspiré d'en tirer les leçons de cette lamentable affaire tout en tentant de réfléchir sur le concept d'éthique.

En outre, si la décision de justice devait imposer pour l'avenir une non divulgation des failles de sécurité, l'Etat pourra remercier Tegam pour sa démarche qui le mettra en danger permanent sur le plan informatique.

Cette histoire Tegam/Guillermito a déjà été évoquée ici même à l'occasion d'un long papier sur les méthodes employées par Danielle Kaminsky et Olivier Aichelbaum dans le n° 26 du Virus Informatique. Ainsi que sur Transfert à l'époque où Tegam avait porté plainte contre X. Elle a par ailleurs été largement commentée sur de nombreux « blogs » de juristes.

Laissez-nous toutefois nous interroger, à nouveau sur les méthodes employées par les acteurs de cette histoire. Encore une fois, dans cette affaire, les faits ne nous intéressent pas. Pour information, ils sont inintéressants contrairement à ce que veut faire croire Tegam.

Lorsque l'on s'interroge sur les méthodes employées par Tegam, quelques questions apparaissent rapidement. Peut-on nous expliquer pourquoi la partie "diffamation et injures" de la plainte de Tegam n'a pas été retenue?

Pourquoi la société Tegam s'acharne-t-elle a faire croire, sans apporter le moindre début de preuve, qu'elle fait l'objet de complots parfois internationaux pour la couler? Le webmaster de Kitetoa.com a ainsi entendu de la bouche même de Danielle Kaminsky que la DST avait dû intervenir pour sauver Eyal Dotan et son invention qui allaient être accaparés par de vilains américains. DST, si tu nous lis...

David Nataf, dans son livre « La guerre informatique » parle d'un gendarme qui, n'ayant pas réussi à charmer Danielle Kaminsky, aurait, par dépit amoureux, lancé une campagne de dénigrement systématique de Tegam.

Il y aurait également un certain Roland Garcia un rien mafieux qui serait à la solde d'un éditeur d'anti-virus russe et qui gagnerait beaucoup d'argent en dénigrant Tegam. Bref, le monde entier et les vénusiens eux-mêmes seraient de mèche pour détruire la réputation de Tegam.

A y regarder de plus près, se sont les incohérences du discours de Tegam qui ressortent.

Ce sont aussi des démarches pour le moins contestables comme l'envoi d'une lettre au CNRS pour dénoncer les terroristes (Guillermito) et les manipulateurs qui usent de "pratiques" correspondant "bien à celles de l'économie russe" (Roland Garcia). Comme les publicités dans un groupe de presse appartenant à la même famille (Jean-Kaminsky) que les propriétaires de Tegam et dénonçant les mêmes terroristes et mafieux. Tout cela, bien entendu, sans la moindre preuve (qui a parlé de dénigrement?). Enfin, il a eu le n°26 du Virus Informatique d'Olivier Aichelbaum qui visait à faire passer Guillermito pour un auteur de virus. Cette information, si tant est qu'elle soit vraie (aucune preuve n'ayant été apportée) est sans relation avec l'affaire en cours. Mais Tegam, qui se fendait après le procès du 4 janvier, d'un communiqué de presse indiquant que Guillermito était l'auteur de virus désigné par ce n°26 semble penser autrement... Si nous avons bien compris ce qui s'est passé entre le dépôt de plainte et le procès (faites nous confiance... ;) ), Tegam n'a eu de cesse de tenter d'orienter les enquêteurs, puis la juge d'instruction sur les deux voies suivantes:

- Guillermito est un pirate informatique qui crée des virus,
- Guillermito est lié à Roland Garcia et les deux le sont à AVP (Kaspersky) qui est un concurrent de Tegam.

En vain. Et comme Tegam poursuit dans cette voie, il y n'est pas idiot de penser que ses responsables n'ont pas tiré les leçons de l'évolution de l'enquête puis de l'instruction...

Ces méthodes, cet entêtement apparent à vouloir à tout prix foncer droit dans un mur, Kitetoa.com ne parvient pas à les comprendre. Ce n'est pas faute d'y avoir réfléchi longuement.

Pour la rédaction de l'article sur les liens entre Danielle Kaminsky et Olivier Aichelbaum, nous n'avions pas pris la peine d'interroger les intéressés. En effet, il nous semblait pour le moins superflu de leur poser des questions sur des choses que nous tenions d'eux-mêmes. Cela nous fut reproché par les deux personnes. Nous avions failli à « la règle d'or du journalisme ». Cette fois, nous avons pris la peine d'envoyer une liste de questions à Danielle Kaminsky. Le 24 septembre 2004.

A ce jour, en février 2005 Danielle Kaminsky n'a répondu que très partiellement et sans précision aux questions. Nous voici donc en train de violer à nouveau, un peu forcés, la « règle d'or du journalisme ».

Que ce soit clair pour tout le monde: Kitetoa.com pense que Danielle Kaminsky, la belle-soeur de Marc Dotan (le patron de Tegam), a tenté, au travers de ce procès, de régler des comptes (unilatéraux) avec Guillermito, qu'elle connaissait depuis 1997 (au moins). Ce règlement de compte intéressait son employeur, Tegam. Si elle gagnait, la société pourrait se targuer d'avoir cloué le bec à l'un de ses contradicteurs les plus solides. De fait, Guillermito a ridiculisé le produit phare (pour ne pas dire unique) de Tegam, Viguard, avec des analyses techniques dont le sérieux n'a jamais été remis en cause. Ni par Tegam bien sûr, qui a attaqué pour contrefaçon [,diffamation et injures, mais elle s'est désistée par la suite de ces chefs sur les conseils avisés et insistants de la justice qu'elle avait saisie]. Ni par l'expert nommé par la juge d'instruction. Celle-ci indiquait dans son ordonnance de renvoi : « Guillaume T. disposait de compétences indiscutables en matière virale, et avait dénoncé avec pertinence les failles du logiciel Viguard, dont l'innocuité et l'inefficacité étaient relevées dans le rapport d'expertise ». Faire condamner l'un de ses contradicteurs les mieux armés techniquement pouvait peut-être sembler un coup majeur pour Tegam. Manque de chance, la procédure a eu l'effet inverse. Tegam a probablement épuisé, dans le secteur de la sécurité informatique, le peu de crédit qu'il lui restait.

La publication de l'article de Kitetoa.com sur les rapports entre Danielle Kaminsky et Olivier Aichelbaum à l'occasion de la publication du n° 26 du Virus Informatique a en outre eu quelques répercussions intéressantes. Comme par exemple la formation d'une sorte de front des gens qui pensent que Kitetoa leur veut du mal. Grand bien leur fasse. Si cela leur fait du bien de le penser...

:)

L'article sur le n°26 du Virus Informatique visait à apporter quelques précisions sur les liens entre Olivier Aichelbaum, Danielle Kaminsky et ceux de Danielle Kaminsky avec la société Tegam. Il portait sur les méthodes employées par Olivier Aichelbaum pour "lyncher" Guillermito sur la base d'une vieille interview réalisée par Danielle Kaminsky, belle-soeur du patron de Tegam et tante du codeur de Viguard, Eyal Dotan. Le tout n'ayant absolument rien à voir avec le procès en cours et ne s'appuyant sur aucune preuve. Pour autant, Danielle Kaminsky a tenté, en vain, de faire en sorte que cette interview soit examinée par la juge d'instruction. De même que les liens supposés entre Guillermito, Roland Garcia et AVP. Tegam et elle-même seraient bien avisés de se demander pourquoi cela n'a pas fonctionné. (Un complot des vénusiens?)

Le procès ayant eu lieu, Kitetoa.com souhaite porter à la connaissance de ses lecteurs quelques informations supplémentaires sur les méthodes de Tegam et sur les liens variés entre les acteurs de ce méli-mélodrame ridicule...

Kitetoa

Retour au sommaire de l'affaire Tegam contre Guillermito

k-version: 5.0