[Kitetoa, les pizzaïolos du Ouèb

Internet en campagne: y'a personne...

On dit parfois du mal des journaux gratuits. Pourtant, on y trouve parfois quelques pépites. N'allons pas jusqu'à dire que les articles sont de vrais articles. On y trouvera rien de polémique, aucune mise en perspective, pas d'analyse. Mais l'ingénuité du traitement de l'information peut parfois apporter son lot de surprises. Ainsi, ce papier de Metro du 5 février 2007 titré « Internet en campagne ».

Que nous dit Metro? Et bien qu'Internet est très important dans cette campagne. Figurez-vous que le réseau « a changé la donne dans la manière d'aborder les élections ». Rassurons nous, le café du commerce ne s'est pas déplacé sur la toile. Il s'est juste dédoublé. On entend à peu près toujours autant de conneries accoudé au bar du Chiquito qu'avant. Mais Internet étant une photocopie du monde réel, on retrouve à peu près les mêmes inepties au cyber-comptoir de tel ou tel parti politique.

Pour nous prouver combien le Net est important, Metro est allé demander aux responsables des sites des partis politiques combien de visiteurs ils avaient par jour.

Et là, il faut bien le dire, c'est beau comme un lever du soleil sur le désert. Au FN, on revendique 50.000 visiteurs par jour. Ce que l'on peut mettre en regard des 1.537.889 visiteurs du site frontnational.com en octobre 2006, soit 49.609 visiteurs par jour, mais aussi aux 36.739 visiteurs d'août 2006 ou aux 14.400 de juillet 2006, affichés sur le site en question.

Chez François Bayrou, on annonce entre 18.000 et 25.000 visiteurs par jour. Au PS, ce seraient quelques 25.000 visiteurs par jour également. Chez les verts, on se limite à 5.000 visiteurs.

Mais la palme revient sans conteste à l'UMP. Je cite: « Impossible de connaître le nombre de visiteurs: « il y en a tellement que leur comptabilisation ralentirait trop l'activité ». Un must. Même du temps de la nouvelle économie, aucun starteupeur n'aurait osé. Un site qui aurait « tellement de visiteurs » qu'on ne pourrait les comptabiliser sans mettre en péril le serveur ou l'ordinateur chargé du traitement des logs... Imaginez les pauvres sites comme Google.com, Amazon et autres Yahoo... Dur dur de comptabiliser leurs visiteurs. Impossible. Et même, s'ils essayaient, les ordinateurs crameraient.

François de La Brosse (56 ans, et auteur de cette sortie qui restera dans les anales), si tu nous lis, Statisticator te propose de comptabiliser tes visiteurs, gratuitement, pendant toute la durée de la campagne présidentielle.

Quoi qu'il en soit, si l'on considère qu'il reste environ une centaine de jours jusqu'au premier tour, on arrive à peu près à 2,5 millions de visiteurs d'ici là sur des sites comme celui de Ségolène Royal. Ce à quoi il conviendrait de retirer les visites fantômes générées par les flux rss, les visites « internes », les visites générées par une mise en page de démarrage, et tous les moyens habituels de gonflage de stats largement détaillés sur statisticator.com. Bref, pas grand monde. Et c'est sans tenir compte du fait qu'un visiteur ne reste que quelques minutes sur un site. Pas de quoi se faire une opinion bien tranchée, encore moins en changer. Mais gageons que Loïc Le Meur nous expliquera le contraire, à base de web2.0itude...

Kitetoa

k-version: 5.0