[Kitetoa, les pizzaïolos du Ouèb

Tegam condamnée pour sa lettre de dénonciation au CNRS

Il y a des choses que l'on dit ou que l'on écrit que l'on peut un jour regretter. Le tout est de le reconnaître pour avoir l'air moins bête. Voici un petit exemple pour la route:

Date: Mon, 26 Aug 2002 10:08:14 +0200
From: Olivier Aichelbaum a...@acbm.com>
Newsgroups: fr.comp.securite.virus
Subject: Re: Pirate Mag no12 - article sur Viguard
Roland Garcia wrote:
>
> Trop c'est trop, cette fois ci c'est la bonne et on verra bien ce que
> la justice pense de tout ceci.

en effet, Tegam a laisse entendre que vous serez juge sur le fond.
j'espere pour vous que vous serez plus convaincant que lors du refere.
nous tiendrons le public informe.

bonne chance !
--
[ACBM] Olivier Aichelbaum

Il se trouve que la justice a tranché. Elle a trouvé Roland Garcia très convainquant. Tellement convainquant qu'elle a condamné Tegam et qu'elle a motivé son jugement sur huit pages, ce qui n'est pas anodin, loin de là.

On attend toujours qu'Olivier Aichelbaum « informe le public » de cette décision. D'autant qu'il était visiblement présent au cours de l'audience et s'est donc intéressé de très près en se déplaçant à Toulouse, à cette affaire.

Vous avez lu sur ce site un extrait d'une lettre adressée par Marc Dotan, patron de feu Tegam, à la directrice du CNRS. Dans ce courrier désormais public, Marc Dotan dressait la liste des accusations récurrentes de Tegam contre Roland Garcia et Guillermito. Il s'agissait d'un condensé de l'argumentation de la famille Dotan/Kaminsky (reprise par Olivier Aichelbaum dans le n°26 du Virus Informatique de ACBM) contre ses ennemis imaginaires. En substance, Roland Garcia est un escroc au service de l'éditeur russe d'anti-virus Kasperky. Il s'est associé dans une entreprise de dénigrement de Viguard, le produit unique de Tegam (aujourd'hui développé par Softed, la société d'Eyal Dotan, [le fils de Marc Dotan] et distribué par Dodata gérée par sa maman Annie Dotan/Kaminsky) à un terroriste connu du FBI et de la DST, Guillermito, auteur de virus et patati et patata. Bouh! les vilains!

Roland Garcia a évidemment attaqué Tegam à la suite de l'envoi de cette lettre de dénonciation qui rappelle une bien triste époque.

Qu'a dit la justice? Pas simplement que Tegam avait commis une faute. Elle a démonté et pointé du doigt les attaques contre Roland Garcia, les « injures » proférées à son encontre par le patron de Tegam et a bien spécifié « qu'aucune circonstance de fait ne peut justifier de tels propos ». Mais qu'a-t-elle dit sur les propos « agressifs », « trompeurs », « désobligeants » que Roland Garcia aurait tenus sur des forums de discussion? Sur cette terrible « opération continue d'agression »? Et bien, qu'ils « constituent une critique du logiciel Viguard, qu'ils s'adressent à un public averti, utilisateur d'informatique et participant volontairement à ces forums et auxquels la SARL Tegam International a été en mesure de répondre en intervenant directement sur ces forums ». Elle a par ailleurs indiqué qu'il « n'est en effet nullement établi que M. Roland Garcia ait eu des intérêts communs avec le distributeur de l'anti-virus AVP ou qu'il ait eu un quelconque intérêt patrimonial à une opération de promotion de cet anti-virus ».

Quoi? Mais alors, toute la théorie de Tegam et de ACBM serait fausse? En voilà une nouvelle... Le règne du faux ne tient pas longtemps lorsqu'il est opposé à des esprits rationnels et dépassionnés. Le secteur de la sécurité informatique serait avisé d'être aussi lucide que la justice et d'en tirer les conséquences...

Une fois attaquée, Tegam a fait une demande reconventionnelle. Ce qui signifie en gros qu'elle a attaqué à son tour Roland Garcia pour procédure abusive et en évoquant un préjudice matériel et moral. Tout le monde garde en tête les 900.000 euros demandés au civil à Guillermito. Dans ce cas précis, Tegam demandait 150.000 euros. Etrangement, diront probablement Tegam et Olivier Aichelbaum, la société a été déboutée sur tous les points.

On imagine bien, désormais, ce que la justice dirait des publicités dans lesquelles Tegam traitait Guillermito de terroriste connu du FBI et de la DST... Ne parlons pas du n°26 du Virus Informatique qui est un ramassis d'accusations et de dénonciations du même acabit que celles de la lettre au CNRS.

Maintenant que la justice a reconnu les dénigrements, « les injures, les attaques, les atteintes à l'honneur et à la probité » de ses ennemis imaginaires par Tegam, les juges d'appel qui vont se pencher sur le cas Guillermito auront peut-être un regard différent de celui de leurs collègues de première instance? La suite au prochain numéro...

En attendant, Kitetoa.com vous invite à lire le jugement du 21 juin 2005, condamnant Tegam pour cette pathétique lettre qui est un révélateur des méthodes de cette société.



Le texte de la condamnation de Tegam:


Page 1 | Page 2 | Page 3 | Page 4
Page 5 | Page 6 | Page 7 | Page 8


Kitetoa

Retour au sommaire de l'affaire Tegam contre Guillermito

k-version: 5.0